Trois bonnes raisons de ne pas acheter de cahiers de vacances

enfant vacances
(photo Victoria Brorodinova pour Pixabay)

Les cahiers de vacances fleurissent dans les grandes surfaces à la fin du mois de juin, exactement comme les oeufs en chocolat au moment de Pâques ! Pourtant, je ne suis pas partisan d’en acheter. En voici les trois principales raisons.

Dé-con-nec-ter !

Tout d’abord, il est indispensable que les enfants aient une coupure. Si un enfant est en difficulté, si le passage dans la classe supérieure a été obtenu de justesse, cette coupure ne sera peut-être pas très longue…mais elle doit exister. Leur jeune cerveau a besoin de déconnecter, tout simplement. Pendant cette période sans révision ni travail scolaire, on peut faire travailler un enfant différemment. Par exemple, il peut cuisiner, aider un parent à bricoler, revoir la disposition des meubles dans sa chambre, rédiger une annonce pour vendre quelque chose qui ne lui sert plus, etc. Toutes ses activités stimulent l’activité intellectuelle, et l’enfant va développer certaines compétences même s’il n’en aura pas toujours conscience. Par exemple, re-aménager sa chambre va l’obliger à prendre des mesures, éventuellement à faire un plan pour voir combien il reste de distance entre le bureau et le lit s’il le met à gauche de la fenêtre…ce qui revient à faire de la géométrie !

Reprendre les cahiers de l’année

Ensuite, une fois que l’on a déconnecté, on peut demander à son enfant de reprendre ses cahiers de l’année écoulée. Pourquoi ceux-là, plutôt que des cahiers de vacances colorés et souvent présentés de façon ludique ? Parce qu’il les connait…et vous aussi ! Vous avez déjà vu au cours de l’année la façon de présenter telle règle de grammaire, les exercices, les fiches de synthèse… Par conséquent, vous n’aurez pas à rentrer dans une nouvelle logique, de nouveaux exercices, tout ce qui va être dans le cahier de vacances. Vous aussi vous avez le droit de vous reposer, non ?

Reprendre ses cahiers permet également de commencer par ce que l’enfant avait compris et plutôt bien réussi lors des évaluations. Reprendre un devoir de maths pas trop mal voire bien réussi et essayer de le refaire, sans aller voir la correction tout de suite, est un excellent exercice pour se motiver et prendre confiance en soi. Cela permet d’affermir ses compétences en se disant : ça, c’est bon, je m’en souviens, je sais comment on fait.

… Voire des cahiers plus anciens

Ensuite, on continue avec les notions qui ont posé plus de problèmes dans le courant de l’année. Dans ces cas-là, je préconise de chercher quand les problèmes ont commencé. En effet, si une leçon n’est pas comprise, il est probable qu’il y a une notion plus ancienne qui n’a pas été assimilée non plus! Dans ces cas-là, la meilleure solution est de reprendre ses leçons des années précédentes. Pendant les vacances, on a le temps de faire ce genre de retour en arrière. Ce n’est pas une perte de temps ! Si la manipulation des fractions vue au primaire n’est pas acquise, c’est trop ambitieux d’essayer de comprendre la proportionnalité au collège. Si on n’a pas gardé les cahiers, on peut utiliser des sites Internet gratuits qui mettent les cours à disposition, ou bien chercher des vidéos sur des plateformes comme YouTube. Un petit retour en arrière permet de se ré-assurer : l’enfant a été capable de comprendre, à un moment donné, donc on va essayer avec lui de reprendre le chemin.

Et si l’enfant réclame un cahier de vacances ? Ou si son enseignant en a préconisé un ? Ou encore si Grand-Mère a été plus rapide que vous et en a déjà acheté un ! Dans ces cas-là oui, on peut en acheter un… en posant une condition : qu’il ou elle le termine ! Passé l’attrait du cahier de vacances tout beau-tout neuf, il est à craindre que celui-ci soit délaissé sur un coin du bureau. Demandons alors à nos enfants de s’engager à le terminer avant la rentrée, et en y consacrant un peu de temps régulièrement ! Dans la mesure où ces cahiers ont un coût, assumé par les parents, il est juste de demander une contrepartie.

Envie d’en lire plus ? Découvrez la lettre de Coach&Plus, toutes les deux semaines, gratuite et sans engagement !

Laisser un commentaire