accompagnement individuel pour s’orienter

jeune hésitant entre plusieurs métiers

Votre enfant a plusieurs idées de métiers et ne sait pas laquelle choisir ? Il a peur de se tromper, ou bien de se lasser au bout de quelque temps ?

Ou au contraire il n’a pas d’idées, et continue dans la filière générale avec peu de motivation et une anxiété croissante ?

Ses notes sont très moyennes, et les enseignants l’encouragent à choisir une voie professionnelle ou technologique, mais laquelle ? Il est encore bien jeune pour choisir !

Il est en Terminale et cette année, pas le choix, il va bien falloir faire des vœux dans Parcoursup…

Depuis 7 ans que j’accompagne les jeunes dans leur orientation, j’ai mesuré leur inquiétude, et celle de leur famille, face à la construction du projet d’orientation.

Le processus d'orientation commence tôt

Réfléchir à son orientation commence de plus en plus tôt, et sur le fond on peut s’en féliciter, vu l’importance du sujet : c’est plutôt positif que des élèves de 5ème soient aidés par leurs enseignants pour faire des recherches sur certains métiers, ou pour s’interroger sur leurs goûts et leurs motivations.

Cependant, cela peut vite devenir une source de stress pour des jeunes qui n’ont pas du tout d’idées sur ce qu’ils pourraient faire plus tard… ou bien qui ont plein d’idées et changent d’avis régulièrement (ce qui peut s’avérer tout aussi stressant, avec la crainte de « se tromper »). En effet, dès la 3ème, voire avant, il faut se positionner sur le choix de la voie professionnelle ou de la voie générale, sur le choix des options, d’un lycée, … Et le processus continue en seconde, avec le choix de la voie technologique ou de la voie générale, celle-ci nécessitant de choisir trois spécialités, dont une devra être abandonnée en Terminale. Quant à Parcoursup : le revers de la médaille de cette formidable plateforme, qui permet de découvrir des milliers de formations sans sortir de chez soi, est… qu’elle présente des milliers de formations, justement !

Comment faire alors pour faire le point sur ses goûts, ses envies, savoir quels métiers pourraient plaire, dans quel environnement de travail, quelles formations permettent d’y accéder, sous quelle forme, à quelles conditions,.. ?

Les erreurs d'orientation classiques

L’orientation est un sujet qui me tient à cœur, car quand j’étais adolescente, j’ai fait des erreurs terriblement classiques. J’ai vécu le phénomène courant de « non-orientation ». Mais vous allez voir ci-dessous que j’en ai tiré des enseignements pour aider mes élèves : 

Avec mes élèves, je commence par faire le point sur les goûts, leurs envies, ce qui est important pour eux. Mieux se connaître est la première chose à faire pour s’orienter

Mes élèves font des recherches sur les métiers, et je leur apprends comment chercher des informations fiables et objectives. Ce n’est pas parce qu’une formation est prestigieuse qu’elle va leur plaire…

Quel dommage de ne pas croire en soi ! Je pratique aujourd’hui l’orientation positive : ma démarche vise à valoriser les jeunes, à leur faire prendre conscience de leurs capacités, pour qu’ils reprennent confiance en eux et explorent toutes les pistes qui les intéressent

Il ne faut pas confondre l’intérêt des études, ou l’intérêt suscité par un excellent professeur, et l’intérêt du métier. C’est une erreur d’orientation courante. C’est pour l’éviter que mes élèves réfléchissent sur ce point et font des recherches sur les débouchés des filières d’études qu’ils ont identifiées.

J’avais tout juste 19 ans ! J’avais donc le temps de repenser mon orientation pour faire autre chose. J’aurais même pu terminer mon école d’ingénieur puis faire un troisième cycle pour étudier le management, qui m’intéressait déjà plus que la géologie. Au moins, j’aurais été un peu plus motivée pendant ces 3 années d’école…

L'orientation par défaut

orientation par défaut

Entre 15 et 23 ans, j’ai coché pas mal de cases de l’orientation par défaut !

C’est pour cela que maintenant je veux donner aux jeunes la possibilité de réellement construire leur projet d’orientation.

Je connais trop bien les journées avec des semelles de plomb, à écouter des cours inintéressants. Ne pas se sentir à sa place, se demander pourquoi les autres sont super motivés, ne pas oser remettre en question l’orientation choisie…

Heureusement pour moi, j’ai trouvé un poste d’ingénieur en géologie dans lequel j’ai pu rapidement évoluer vers de la gestion de projet (ça, j’aimais bien !) et faire autre chose que de la géologie.

La quarantaine venue, je me suis (enfin) formée à ce que j’aimais : l’accompagnement des jeunes, avec la pédagogie et les techniques d’apprentissage, et le coaching d’orientation.

Puis j’ai créé mon entreprise. Je fais toujours de la gestion de projet, mais cette fois dans un domaine qui a du sens pour moi, avec la sensation que mon action a un pouvoir de transformation des gens avec qui je travaille.

L'orientation positive

L’approche que je propose pour l’orientation est résolument positive : je pars du jeune, de ses goûts, de ce qu’il aime bien faire, de ce dont il rêve… en lui posant des questions à la fois ouvertes et précises, qui stimulent la réflexion. Il a le temps de réfléchir : les séances sont espacées de deux semaines, un peu moins s’il y a des vacances ou urgence à faire des choix.

Je m’intéresse aux élèves en difficulté comme aux très bons élèves, car je suis bien placée pour savoir que pouvoir « tout faire » n’est pas plus simple à gérer qu’avoir des choix limités par des résultats scolaires moyens ou mauvais. Ceux-ci ne sont d’ailleurs qu’une photo à un moment donné, pas une fatalité. J’en connais qui se sont révélés (réveillés ?) pendant leurs études supérieures.

Le coaching d'orientation comme je l'envisage

Je ne fais pas passer une « batterie de tests » à mes élèves. Je leur en fais passer un, sur une plate-forme professionnelle, que j’utilise depuis longtemps et en qui j’ai confiance. Ils passent le test à la maison, ce qui nous laisse toute la durée des rendez-vous pour travailler ensemble.

Et ce sont ces rendez-vous individuels qui sont le plus utiles pour faire avancer sa réflexion ! En quatre fois une  heure, espacées de quinze jours ou un peu moins, mes élèves ont le temps de s’exprimer, réfléchir à mes questions, préciser une idée… On est loin du QCM.

Je le dis régulièrement : ce ne sont pas des tests qui vont révéler le métier idéal pour votre enfant. Faire un test permet d’avoir un profil psychologique et des idées de métiers et de secteurs d’activité. Ensuite, il faut faire des recherches pour savoir en quoi ils consistent, se demander si on s’imagine faire ce métier, avec qui, dans quel but,..

Pour aider la construction du projet, je donne des exercices et des réflexions à mener entre les rendez-vous. Cela fait partie de l’aspect « connaissance de soi », primordial.

Les familles reçoivent deux compte-rendus

  • celui issu du test en ligne, qui détaille le profil psychologique selon la typologie de Holland et l’analyse des métiers et secteurs d’activité, sur une vingtaine de pages
  • le mien, que je rédige entre les rendez-vous, avec ma synthèse et les pistes qui se sont dégagées.

Vous les recevez par mail, et par courrier. J’aime bien ce principe car cela permet à mes élèves de garder ce document sur un coin de bureau pour le relire, l’annoter, y ajouter des documents issues des démarches faites par la suite,…

contenu du coaching d'orientation

Quand faire un coaching d'orientation ?

L’orientation est un processus long : normalement, les élèves commencent à y réfléchir avec leurs enseignants dès la 6ème. Certaines années sont cependant plus déterminantes que d’autres : 

  • la 4ème et la 3ème, avec la possibilité de découvrir la voie pro, voire de la choisir
  • la 2nde générale et technologique (GT) , avec le choix des spécialités pour la classe de 1ère ou le choix d’un bac technologique
  • la 2nde pro, avec la possibilité d’affiner ou revoir son projet
  • l’année de l’obtention du CAP, avec le choix de continuer ses études, ou pas
  • la 1ère GT, avec le choix des spécialités à garder l’an prochain en Terminale
  • la Terminale, avec le désormais célèbre (et souvent effrayant) Parcoursup
  • après le Bac, avec la possibilité de se réorienter !

Comme c’est un processus long, les étapes de choix sont nombreuses. Elles sont à envisager comme autant de moments où on peut réfléchir, tester, changer d’avis…

Il y a des situations dans lesquelles les accompagnements que je propose ne sont pas utiles. Par exemple, ce n’est pour vous si : 

  • Votre enfant a déjà trouvé quel métier faire, ou dans quel domaine il veut travailler, et sait quelles sont les formations et parcours qui permettent d’y arriver. Super ! Pensez à lui proposer un stage, pour tester son intérêt en vraie grandeur. Et s’il change d’avis, félicitez-le d’oser se remettre en question.
  • Son lycée ou son collège propose un accompagnement à l’orientation, avec des heures dédiées encadrées par des personnes formées à cela. Un conseiller ou une conseillère d’orientation est disponible pour s’occuper individuellement des élèves et assurer un suivi de la construction de leur projet. Les ressources proposées par l’établissement sont à utiliser en priorité. C’est si elles n’ont pas répondu à votre besoin qu’il faut chercher autre chose.
  • Vous avez déjà décidé qu’il ferait une prépa, ou un certain  métier, ou qu’il prendrait la tête de l’entreprise familiale. Ce sera peut-être son choix, finalement, mais peut-être pas. Et ce sera un choix bien plus solide si c’est lui ou elle qui le fait après réflexion.

Quel est le résultat d'un coaching d'orientation ?

Vous trouverez ci-dessous des exemples de situations et de transformations vécues par des jeunes que j’ai accompagnés :

Bazil : élève de 1ère, il n’avait pas d’idée de métier. A l’issue de l’accompagnement, nous avons identifié son envie d’étudier en alternance, sa volonté de valider un diplôme en 2 ou 3 ans, quitte à poursuivre ensuite ses études, et trois domaines professionnels qui l’attiraient. Plusieurs moyens concrets d’explorer ces domaines étaient identifiés. Dans les mois qui ont suivi, Bazil a continué ses recherches et fait deux stages d’observation, dont un chez un géomètre, qui lui a beaucoup plu. Son bac en poche, il a commencé un BTS de géomètre, en alternance, et sa maman me dit qu’il se plait beaucoup dans sa formation, notamment pendant les périodes de formation en entreprise.

Pauline : élève de 1ère, ses idées de métier partaient un peu dans tous les sens. A l’issue de l’accompagnement, nous avons identifié trois grands domaines, avec une envie de gérer son commerce, son activité. Elle a finalement choisi de faire une école de commerce. Je l’ai aidée pour rédiger des lettres de motivation percutantes qui mettaient son parcours en valeur. Elle est maintenant dans une école de commerce, et est rassurée de voir qu’elle a beaucoup de retours positifs à ses candidatures pour des stages. On mesure ici l’intérêt d’apprendre à faire de bonnes lettres de motivation, au lieu de les faire faire par quelqu’un d’autre.

Titouan, élève de 2nde, doit faire ses choix de spécialités pour l’an prochain, et cela le stresse. Il a peur de se tromper. Au fil des échanges, son intérêt pour le Droit émerge, même s’il ne sait pas exactement en quoi consistent les métiers. Je lui conseille des ressources pour découvrir les formations et les métiers. Il en découvre plusieurs qu’il trouve très intéressants, étudie les filières de formation. Ensuite il choisit sereinement les spécialités les plus pertinentes pour avoir toutes les chance d’être pris après le Bac.

Gaspard n’a pas eu son baccalauréat, et effectue cette année un service civique. Il cherche sa voie. Le coaching fait ressortir son intérêt pour l’éducation et la formation. Nous avons pris le temps de chercher toutes les possibilités qui s’offrent à lui, dont les DAEU (diplôme d’accès aux études universitaires), pour poursuivre des études dans ces domaines. Reprenant confiance en lui, il se mobilise et fait des démarches, notamment pour passer son permis de conduire.

Anaïs est en 2nde et est attirée à la fois par l’art et par l’informatique, deux domaines dans laquelle elle ne voit pas de points communs. Ses recherches lui font découvrir des métiers parmi lesquels celui de webdesigner, qui allie le code et la créativité, et celui d’ingénieur en cybersécurité. Ce dernier lui plait beaucoup,  il répond à son goût pour la résolution de problèmes compliqués. Elle va faire des stages de découverte pour voir ces métiers de plus près.

Laurine a un enchaîné un CAP de fleuriste après un Bac pro en production horticole. Seulement, elle s’est rapidement rendu compte que le métier de fleuriste ne lui plaisait pas, même s’il répond bien à son goût pour la création artistique et les belles choses. Nos échanges lui permettent d’exprimer et préciser son envie d’alterner des moments où elle dessine et conçoit des espaces paysagers, et d’autres où elle est à l’extérieur pour les réaliser. Elle s’imagine bien aussi encadrer une équipe sur le terrain. Remotivée, elle va poursuivre ses études avec un BTSA d’aménagement paysager.

Du temps et une méthode pour s'orienter

Les rendez-vous sont en général espacés de deux semaines, de façon que le jeune ait le temps de réfléchir, d’échanger avec ses proches, de faire les recherches qu’on aura définies ensemble. Je vais lui proposer des recherches et des réflexions. Ce temps de mûrissement est également nécessaire pour dégager des pistes, en éliminer d’autres, réfléchir sur soi. L’orientation est un processus qui s’inscrit dans la durée, dans la sérénité et l’optimisme ! D’inquiet et stressé, l’ado repart rassuré, avec les idées claires sur ce qu’il veut faire, et comment il va s’y prendre.

Ce forfait coûte 380 euros et est payable en 4 fois, à l’issue de chacun des 4 rendez-vous (soit : 4 fois 95 euros). Un parent au moins est présent au début du premier rendez-vous, pour poser le cadre, et à la fin du dernier rendez-vous, pour la synthèse. 

Cet accompagnement est adapté pour les lycéens et les collégiens à partir de la 3ème, et aussi pour ceux qui ont besoin d’aide pour une réorientation. Cela peut être le cas après une première année d’études supérieures, ou après la validation d’un premier niveau de diplôme : Bac pro, BTS, licence…

D’expérience, je vois que les jeunes apprécient cet accompagnement personnalisé, qui leur donne du temps et une méthode pour réfléchir à leur orientation. J’ai une approche bienveillante au sens noble du terme : je veille au bien du jeune qui est en face de moi. Le stress diminue, et il ou elle s’investit dans la construction de son projet !

Des questions, envie d’échanger de vive voix ? Vous pouvez m’envoyer un mail à cette adresse : apduboulet@coachetplus.fr ou bien aller sur cette page pour fixer un rendez-vous téléphonique de 15 minutes, gratuit et sans engagement.

Envie de recevoir une semaine sur deux des outils concrets pour mieux accompagner votre enfant dans ses études et son orientation ?

Découvrez la lettre de Coach&Plus, gratuite et sans engagement !

Besoin d’échanger de vive voix sur la situation de votre enfant ? Sur son orientation ou ses difficultés scolaires ?

Cliquez ci-dessous pour prendre un rendez-vous de 15 minutes avec moi, gratuit et sans engagement, au jour et à l’heure qui vous arrange.

Rendez-vous individuels, ateliers en petits groupes autogérés ou non, conférences, formations en ligne…

Au fil du temps j’ai mis en place plusieurs types d’aide pour les enfants et les parents.